Actualité - La compagnie - Les spectacles - Les ateliers artistiques - Contact

HISTORIQUE DE LA COMPAGNIE

La compagnie du "Cirque du Grand Céleste" au "Cirque dans les Etoiles" - 30 ans de maturation

Après avoir fondé en 1983 "Le Cirque du Grand Céleste", Bruno West crée en 2008, avec
Véronique Calderari, "Le Cirque dans les Etoiles".
Le parcours artistique sur 30 ans, est jalonné par 22 créations. Elles ont participé, à leurs mesures, à l'édification d'un cirque contemporain attentif à son histoire, ses techniques et ses valeurs.
Quelques créations marquantes : "Fêtes et forts" en 1985, "Feu d’anges" en 1988, "Haut-Delà" en 1990, "Terre de Feu" en 1993, "Cirque d’Aventures et de Merveilles" en 2000, "l’Homme canon" en 2002, "Le Best Off" en 2005,"Drôle de Monde" en 2006 ...
Ne pouvant se résoudre à "la rupture" avec l'histoire du cirque, la compagnie a pris le chemin d'une "innovation paisible et secrète", que le temps bonifie. Elle a préservé la mixité des publics, sans renoncer au renouvellement de son art.
"Débrouiller hier, aujourd'hui et demain. Le faire avec délicatesse et sans
insistance. Laisser l'imaginaire du spectateur chercher les réconciliations
possibles. C'est notre manière de faire un art de son temps"
A ce jour, plus de 1 600 000 spectateurs ont pu accéder à ce que fabrique de mieux la
compagnie : des univers poétiques : vifs - enjoués - astucieux - malicieux et tendres, qui
s'épanouissent dans des écrins construits pour être chaleureux et accueillants.
Cette exigence d'un art généreux et bienveillant avec le public utilise la discrétion pour aller
chercher son intelligence, sa sensibilité et satisfaire son besoin de poésie.
Aujourd’hui, la compagnie a fait le choix d'élaborer des spectacles toujours plus intimes, à la
croisée des arts du cirque, de la marionnette, du théâtre d'objets, de la danse et de la
musique. Elle combine ingénuité, subtilité et ruses pour stimuler toujours plus l'imaginaire
des spectateurs.

1983 à 1995 - Un cirque contemporain sur les routes

Le Cirque du Grand Céleste suit l'itinéraire d'un jeune cirque français des années 80. Il
sillonne pendant plus de 13 ans les routes de France, d’Europe et de Méditerranée. Le
public est au rendez-vous. Les collectivités locales, les festivals et les lieux culturels diffusent
les spectacles de la compagnie, traçant avec quelques autres les voies/voix du cirque
contemporain.

1996 à 2008 - 12 ans de cirque à Paris

En 1996, la compagnie pose ses bagages, ses chapiteaux et ses caravanes dans l'Est
parisien : rue d'Avron puis Porte des Lilas. La troupe va y proposer un spectacle nouveau
tous les ans, pendant 11 ans. Plus de 2 350 représentations vont permettre aux Parisiens
de bien connaitre et apprécier le travail de la compagnie. Au fil des ans, elle conquiert un
public fidèle et suffisamment large pour permettre, les dernières années, plus de 300
représentations par an. Le Cirque du Grand Céleste devient un lieu culturel et artistique
parisien reconnu. En parallèle des créations de spectacles, la compagnie propose des
ateliers artistiques cirque pour les enfants, les adolescents et les adultes. Il y aura plus de
2800 bénéficiaires les dernières années. Elle partage ses chapiteaux avec des
professionnels du cirque qui ont besoin d'espaces adaptés pour s'entraîner. Elle participe de
la formation d'une génération d'artistes .
En 2008, Le Cirque du Grand Céleste est devenu une "institution".
C'est alors que Bruno West et Véronique Calderari ressentent le besoin de revenir aux fondamentaux de leur parcours artistique. Ils déclinent l'invitation de la Ville de Paris à se réinstaller sur une dalle au dessus du périphérique. Il est temps de repartir pour créer les
conditions d'une créativité renouvelée. Le Cirque du Grand Céleste choisit de s'arrêter. Bruno West et Véronique Calderari fondent alors "Le Cirque dans les Etoiles" .

2009 à 2010 - Intermède

A la recherche d'une implantation, la compagnie s'installe pendant 2ans à Trappes, de 2009 à 2010, à la demande du maire avec deux chapiteaux : un chapiteau spectacle et un pour la formation. L'expérience est concluante, mais ne permet pas aux artistes de pouvoir consacrer suffisamment de temps à la création et la diffusion de leurs spectacles. La compagnie reprend la route...

Depuis 2011

En 2011, Bruno West et Véronique Calderari installent la compagnie au domaine de
Montgardé, à Aubergenville (78). Lieu de base de la compagnie depuis 30 ans. Ils y ouvrent un lieu de création, de spectacles et de formation autour des Arts du cirque.
Les chapiteaux sont plantés, les ateliers de fabrication  de décors et accessoires redeviennent opérationnels, les caravanes se posent.
En quelques mois, la compagnie se remet à la création et propose des ateliers artistiques.
En 2011, création du spectacle « Daï Daï » avec le groupe de musiciens Tram des Balkans. Tournée Caravane de Loire.
En 2012 puis en 2013, plus de six mille spectateurs issus d'Aubergenville et des environs.
En 2013, premières étapes de création d'un nouveau spectacle "Petites histoires de cirque".
En 2014,Suite du processus de création de « Petites histoires de cirque ».
Premières étapes de création du spectacle : « Le petit théâtre de l’imaginaire ».
Il y a plus de 100 bénéficiaires des ateliers artistiques. Des artistes professionnels,
jeunes ou moins jeunes, retrouvent le chemin de la compagnie pour venir s’entraîner ou
travailler leur dernière création.
Le spectacle "Petites histoires de cirque" commence son itinérance en salle et chapiteau.

 

BIOGRAPHIE DES ARTISTES

 

BRUNO WEST

Artiste complet, formé à l’école du cirque « à l’ancienne » Alexis Gruss au Carré Sylvia Montfort, il travaille dans tous les chapiteaux : Gruss, Moreno, Amar, Bouglione…, puis avec Jérôme Savary et son Grand Magic Circus qui lui apporte la liberté et les moyens de développer sa personnalité artistique. En 1983, il imagine une grande roue métallique, la construit, et monte ses propres spectacles aériens et musicaux : Le Grand Céleste est né.
Cirque vertical, cerceau de lumière en plein ciel : dix années ont suivies de créations en tournées internationales. Son désir d’imaginer et de construire son univers l’amène à créer sous chapiteau Le Cirque du Grand Céleste : le cercle de la roue en plein ciel se transforme alors en piste à l’horizontale.
Puis en 1998, il s’associe avec le musicien Ben Boyce dans une forme de spectacle où musique et chant sont partenaires des artistes en piste. Ensemble, ils continueront à façonner, à inventer, un cirque léger, frais et subtil : dix années de spectacles à Paris dont le fameux « L’homme canon », « Le dompteur de Jojo la patate » ou encore « Drôle de monde » et le « Cirque d’aventures et de merveilles ».
Après 25 ans de création avec son Grand Céleste, l’aventure se termine à Paris. Bruno West décide alors de repartir et fonde Le Cirque dans les Etoiles.
Fort de son expérience passée, il continue à suivre ses intuitions, inlassable curieux de la vie, avec cette envie toujours plus grande de transmettre et de partager.

SimpleViewer requires JavaScript and the Flash Player. Get Flash.

 

VERONIQUE CALDERARI

Elève des plus grands professeurs de l’opéra de Paris, Véronique Calderari a appris la danse avec rigueur et passion. Dès son plus jeune âge, elle s’est appliquée à forger son corps sans compter.
Puis elle s’est mise à danser, à croquer la danse à pleines dents. Partout et sur toutes les scènes. Son appétit débordant et cette soif de découvertes lui ont permis de côtoyer toutes les danses. Puis le music-hall et les grandes salles de cabarets lui ont ouvert leurs portes et, là aussi, elle s’est engagée avec force et curiosité. Elle s’est mise à diriger et à chorégraphier plusieurs revues.
En parallèle, elle enseigne la danse et transmet sa passion avec cette subtilité toute particulière qui est la sienne. Puis, tout naturellement, elle rencontre le cirque. Son goût pour l’aventure la mène jusqu’au cirque d’hiver Bouglione, puis le Cirque du Grand Céleste. Elle y travaillera les arts de la piste et l’enseignement. De la danse au cirque il n’y a qu’un pas, un entre chat, une pirouette !
Elle s’occupera de la direction pédagogique de l’école du cirque du Grand Céleste à partir de 2007.
En 2009, elle est aux côtés de Bruno West pour la création du Cirque dans les Etoiles et s’implique avec fougue dans cette aventure.
Passionnée de mise en scène et sans cesse en recherche, elle met en place en 2010 des ateliers de création et un lieu d’accueil d’artistes au sein du Cirque dans les Etoiles. Elle mettra son expérience au service d’autres en proposant un œil extérieur et un soutien dans la création.
Elle signe avec Bruno West la mise en piste des spectacles et assure la codirection artistique.

En parallèle, elle continue à vouloir apprivoiser de nouvelles disciplines : le cerceau aérien, le trapèze etc... et elle continue à vouloir découvrir de nouveaux horizons et se nourrir d'autres univers. Elle se tourne vers les Arts de la Marionnette et en 2011 se forme au " Théâtre aux Mains Nues" (direction E.Recoing) à Paris, en suivant une formation "d'Acteur Marionnettiste" puis en 2014 au « Théâtre du mouvement » commence une approche du travail du masque sur le corps.
Forte de ces nouvelles expériences et de ses rencontres, de nouveaux projets voient le jour : En 2012 première étape de travail dans le cadre du festival « Brèves en gaines » au théâtre aux mains nues a Paris de « Lueur de vie » petite forme pour marionnette et théâtre de corps inspirée de la petite fille aux allumettes.En 2O14 première étape de création « Le petit théâtre de l'imaginaire »  et participe a la  création de «  Petites histoires de cirque ».

 

JONAS THOMAS

Artiste autodidacte, Jonas pratique le diabolo depuis les années 90. Il fait ses armes au Cirque du Grand Céleste avec Bruno West et Ben Boyce. Au fil des saisons il perfectionne sa technique de jonglage et donne naissance à son personnage de groom. En 2003, il crée la Compagnie du Grand Hôtel, autour de la jonglerie, de la magie et des accessoires.
Il multiplie ensuite ses apparitions dans différentes compagnies, auxquelles il ne manque pas d’apporter son expérience de la piste. C’est ainsi qu’il rejoint le Cirkus Krone, cirque traditionnel danois lors des saisons 2004 et 2008. Après plusieurs années en solo, il retrouve l’équipe du Cirque du Grand Céleste entre 2006 et 2008 pour la création du spectacle Drôle de Monde.  C’est à partir de 2009 qu’il prend part à toutes les créations du Cirque dans les Etoiles.
Il puise son inspiration autant dans le cirque traditionnel que dans le nouveau cirque. Dans sa pratique du diabolo, il dépasse la performance technique afin d’approcher de nouvelles perspectives. Il bricole. Il expérimente. Il aborde l’univers du jeu clownesque et introduit dans ses numéros de la comédie, de la magie et de la petite machinerie. Il devient magicien inventeur et crée un univers fantaisiste et burlesque peuplé de vieux objets détournés et de jouets animés.

 

ARTHUR HENN

C'est à travers la percussion qu’Arthur Henn  découvre la musique à l'âge de  8 ans  pour  ensuite  prendre  des cours de batterie. Musicien curieux, Arthur apprend la guitare en autodidacte  et se joint à diverses formations allant du jazz manouche à la chanson.
C'est en 2008 qu'il rejoint le conservatoire de Cergy-Pontoise en contrebasse, formation qu'il complète avec la participation à de nombreux projets pour ensuite de diriger vers le CMDL (Centre des musiques Didier Lockwood) en 2012.
Actif dans différents projets, Arthur continue de se produire dans de nombreux clubs de jazz réputés sur la scène parisienne.
Arthur rejoint la troupe du Cirque dans les Etoiles en 2012  en jouant de la contrebasse, guitare et mandoline aux côtés de Gabriel Westphal (batterie, guitare, accordéon).

 

GABRIEL WESTPHAL

Né au sein d'une famille d'artistes, Gabriel Westphal a débuté la musique par la batterie.
Musicien curieux, il s'initie au piano puis à la guitare en autodidacte et commence à composer. Il multiplie les expériences musicales avec une attirance particulière pour le Blues et tous ses dérivés (Rock, Funk …), d'abord auprès d'un trio de Blues-Rock (Soulvation) puis en tant que guitariste avec le groupe de Jazz-Funk Funkle Ben’s.
En 2007, il entre au CRD de Mantes-la-Jolie où il suivra l'enseignement de Geoffroy DeMasure, Benoît DeMesmay et Abraham Mansfaroll entre autres. Après l'obtention d'un DEM de Musiques Actuelles et des cours particuliers avec Simon Goubert, il décide de poursuivre son apprentissage en s’orientant vers le Jazz.
En 2010, il intègre le Centre des Musiques Didier Lockwood où il étudie auprès de Benoît Sourisse, André Charlier, Jean Gobinet, Karl Jannuska, Frank Agulhon, François Laizeau, Mokhtar Samba … Il sort diplômé avec mention, major de sa promotion en juin 2012. 

Musicien complet, Gabriel continue de multiplier les expériences au sein de nombreux projets (Affabul, Big Time, Syrinx, N.E.W.S, MPBB ...) dans des styles très variés (Jazz, Rock, Pop, Funk, Blues …).
​En 2012, il fonde Red Chocolate Trio qui rassemble toutes ses influences dans ses compositions.
La même année, il fonde avec 3 autres membres All Mice, projet Jazz/Pop avec lequel il réalisera 2 EP. Ils seront reçus notamment au Sunset/Sunside et en tant que « Coups de Cœurs » du festival Touches de Jazz.
En septembre 2012, il rejoint la compagnie du Cirque dans les Etoiles et se voit confier la composition de la musique des différents spectacles qu’il joue accompagné d’Arthur Henn.

 

L'UNIVERS MUSICAL

La composition musicale, confiée à Gabriel Westphal, a d'abord été un travail de recherche.
S'inspirant des grands maîtres de la musique à l'image (notamment le compositeur Nino Rota, partenaire du réalisateur Federico Fellini) et cherchant un genre musical qui saurait être au plus près de l'univers visuel propre au Cirque dans les Etoiles, il s'est orienté vers un style intimiste, minimaliste, rappelant parfois le jazz manouche ou encore la chanson d'antan.
La mélodie, gardée comme idée centrale, sert parfois de fil conducteur à l'improvisation, toujours au service du visuel, ponctuant les actions des personnages représentés dans le spectacle. Sur scène, une formule instrumentale à géométrie variable permet l'expression des différentes dynamiques. Gabriel Westphal, jouant guitare, accordéon, batterie et carillon est accompagné d'Arthur Henn (guitare, contrebasse, mandoline). C'est donc par paires que les instruments s'expriment, tantôt guitare/mandoline, contrebasse/batterie ou encore accordéon/contrebasse.
La conjugaison du visuel et de la musique s'exprime par la présence des musiciens sur la piste, intégrés à l'univers visuel du Cirque dans les Etoiles. Ils sont donc mis en scène de par leur présence tout au long du spectacle mais aussi au travers des interactions entre eux et les artistes en piste. C'est donc en partenaire de scène mais aussi en partenaire à la création qu'intervient la musique dans le spectacle. S'inspirant ou servant d'inspiration, marchant de front avec la création visuelle, elle participe à l'univers du Cirque dans les Etoiles.

 

LE CHAPITEAU

Le chapiteau est indispensable à notre conception du cirque, c’est un réel choix de vie que nous revendiquons. Installer un cirque c’est transporter notre univers, c’est aller à la rencontre des publics, c’est l’intimité, le cercle…Nous défendons le cirque en chapiteau.

Le Cirque dans les Etoiles possède trois chapiteaux : un 16m, un 18m et un 20m rond.